• Julie

Que se passe t-il quand je respire ?

"Ce mouvement alternatif d'inspiration et d'expiration a été donné à notre corps pour que, irrigué et rafraîchi, il se nourrisse et vive" - Platon

Qu’est ce que la respiration vient faire là, me direz-vous? Bien sûr que je sais respirer, puisque c’est un des éléments indissociables du fait même de vivre. Mais en se penchant sur la question, il apparait un constat impressionnant : un grand nombre de personne ne sait pas respirer!!


Et d'ailleurs si vous y réfléchissez, vous êtes-vous déjà posé la question : comment est ce que je respire? En suis-je conscient? Respirer est un tel acte banal que l’on en oublie son importance.


Et pourtant nous effectuons en moyenne 15 000 respirations par jour, qui doivent à la fois alimenter notre corps en oxygène, et le décharger en gaz carbonique. Alors autant essayer d’en pratiquer une partie avec grande qualité.


Pour moi, bien avant le yoga ou le sport, la respiration est le pilier de toute pratique mais surtout d’une vie meilleure. La respiration consciente et contrôlée est une bouée de sauvetage dont je peux me servir à n’importe quel moment, en toute discrétion et qui m’a sorti de bien des situations difficiles.


Comme expliqué auparavant les situations de stress ont un effet sur notre respiration : celle-ci devient plus rapide et plus courte, allant jusqu’à cette sensation de vertige ou la sensation de s’évanouir.


Petite digression au passage : il est impossible de s’évanouir en situation de stress! Rassurez-vous, et ne vous stressez pas davantage avec cette peur! Les évanouissements sont dus à une chute brutale de la pression sanguine OR en situation de stress cette dernière augmente. Impossible alors de tourner de l’oeil.


1. Respiration et échanges gazeux


Mais d’abord plongeons dans une épisode de « Il était une fois la vie » sur le sujet de la respiration. Sans trop entrer dans les détails, il est vraiment important de comprendre le rôle central de la respiration dans le fonctionnement du corps.


Que se passe t-il quand je respire? Le corps est constitué de cellules, de milliards de cellules prêtes à nous servir fidèlement jusqu’au bout de leur force. Ces cellules quant à elles ont besoin d’énergie pour fonctionner :l’oxygène. En effet, un corps sans oxygène est comme une bougie que l’on étouffe : incapable de produire de l’énergie et incapable de fonctionner correctement.


Nous puisons notre oxygène dans l’air ambiant que nous respirons à tout moment. Cet air est alors traité et stocké dans nos poumons en permanence.


Nos poumons sont, entre autre, constitués de minuscules sacs : les alvéoles pulmonaires, elles-mêmes regroupées en grappe à l’extrémité des bronchioles. Ces alvéoles pulmonaires sont elles entourées de capillaires sanguins qui transportent les gaz du sang : l’oxygène et le gaz carbonique.



Les échanges gazeux dans une alvéole pulmonaire

L’oxygène sert à nourrir les cellules, qui en échange produisent du CO2 dont elles doivent se débarrasser. Les alvéoles pulmonaires sont donc le siège d’échanges gazeux continus et qui se font simultanément. Le sang est quant à lui le moyen de transport et de distribution pour le reste du corps, grâce notamment à la pompe du coeur.


Les échanges se passent ainsi :

> à l’inspiration l’oxygène contenu dans l’air passe des alvéoles au sang, via les capillaires et les globules rouges

> à l’expiration le gaz carbonique, passe du sang à l’alvéole et, est rejeté dans l’atmosphère par l’expiration


Je vous propose une belle animation en cliquant icipour bien comprendre le fonctionnement (n’oubliez pas d'activer les légendes)


On comprend donc que si notre respiration n’est pas bonne, c’est tout le fonctionnement du corps qui en pâtit. Moins bien oxygénées les cellules fonctionnent au ralenti, et les échanges gazeux ne se font plus correctement entraînant un déséquilibre de l’acidité du sang.


2 . La respiration mécanique : l'importance du diaphragme


Il existe dans le corps, outre les poumons, un élément très important dans le phénomène de respiration :le diaphragme.Tout comme la respiration, il sait se faire oublier et nous rappelle à l’ordre que de temps en temps avec les fameux points de côté (crampe du diaphragme) et le hoquet (spasme du diaphragme).


Les poumons ne sont pas constitués de muscles, ils ne peuvent donc pas se contracter et se décontracter lors de l’inspiration/expiration : c’est le rôle du diaphragme. En effet, ce dernier est le muscle respiratoire principal. Associé aux muscles intercostaux, il assure la mécanique de la respiration en alternant les mouvements d’inspiration et d’expiration.


Pour vous le représenter, imaginez la voûte d’une chapelle, qui s’étend telle une coupole entre la cage thoracique et l’abdomen qu’il sépare :

> lors de l’inspiration, le muscle diaphragme se contracte pour s’apaiser et tirer les poumons vers le bas pour qu’ils se remplissent

> lors de l’expiration, le muscle diaphragme se décontracte progressivement pour, à la fin de l’expiration, se retrouver complètement détendu.




La puissance et l’endurance de ce muscle est incroyable : à chaque respiration il descend puis remonte de 4 cm, 16 à 18 fois par minute soit pratiquement 1000 fois à chaque heure. Il faut aussi le remercier chaleureusement, car c’est grâce à lui que nous respirons inconsciemment :en descendant à l’inspiration c’est lui qui crée une dépression dans les poumons et aspire automatiquement l’air à l’intérieur!


Prendre soin de son diaphragme à beaucoup d’effets positifs sur le corps, notamment celui de réguler les émotions et le stress.


3 . Quand la machine s'emballe : respiration et stress


Mais alors que se passe t-il quand nous sommes stressés?


Lorsque je suis stressé-e la machine se bloque tout simplement. Si cela arrive de façon occasionnelle, pas de soucis, le corps est une machine très intelligente et se remettra à fonctionner normalement rapidement. C’est quand le stress est installé sur une plus longue période que les problèmes commencent à apparaitre.


En état de « tension » notre vigilance augmente, nous sommes sur le quai-vive pour être plus efficace. Quand cela se produit, cela a pour effet de « suspendre » notre respiration. Celle-ci devient plus courte, plus rapide et si vous observez bien en général le diaphragme à tendance à se contracter.



Les conséquences sont les suivantes :

> la respiration étant plus courte, les échanges gazeux s’effectuent moins bien dans le sang, avec notamment une augmentation du taux de gaz carbonique

> le diaphragme se crispe et assure moins bien son rôle de pompe


Déséquilibre des échanges gazeux


En cas de stress ou de panique, la respiration est impactée, nous avons alors tendance à hyperventiler : c’est à dire à « trop » respirer, à respirer plus que ce dont nous avons besoin. Une pensée commune est : plus je respire vite, plus je m’oxygène. Mais ce n’est pas le cas.


Dans les cas d’hyperventilation, le sang est déjà saturé d’oxygène et ne peut donc pas en « charger » plus. En revanche, lorsque je déséquilibre ma respiration, le gaz carbonique lui s’élimine bien plus rapidement, entraînant un déséquilibre de la composition de l’air contenu dans mes poumons et donc par conséquence un déséquilibre du pH de mon sang.


Les symptômes peuvent alors être : tête qui tourne, évanouissement, nausée, picotements dans les mains ou autour de la bouche.


Savoir reprendre le contrôle sur sa respiration dans ces cas là est donc absolument nécessaire.


Diaphragme


Faites un petit test: inspirez à fond et expirez « en relâchant », comme dans un soupir, vous voyez que l’expiration est rapide au début et plus lente à la fin, c’est la propriété élastique du diaphragme.


Quand nous sommes tendu-e-s, nous restons en tension et le diaphragme ne se relâche pas. Il reste contracté entre deux, il ne s’abaisse pas complètement et ne se relâche pas complètement non plus. Crispé, son amplitude est limitée, avec des effets sur le reste du corps.


On se sent mal, on a l’impression d’être bloqué dans la région du plexus solaire, ou le sentiment de manquer d’air. Pour compenser ce manque d’amplitude, on doit augmenter la fréquence de la respiration, ce qui a son tour entraîne le déséquilibre gazeux évoqué plus haut. 

©2019 by Décalés, et alors!.
 

Décalés, et alors?

Pour tous les décalés, les sans horaires fixes, les shiftés, les postés à la recherche d'une vie plus équilibrée.